News Column

Cameroun : fermeture de 84 Établissements de microfinance non agrÉÉs

February 12, 2014



Le ministre camerounais des Finances (MINFI), Alamine Ousmane Mey, vient d'inviter les promoteurs de 84 Établissements de microfinance (EMF) non agrÉÉs «À cesser immÉdiatement leurs activitÉs et À procÉder sans dÉlai À leur fermeture».

Dans un communiquÉ publiÉ mercredi À cet effet, il n'exclut pas de recourir le cas ÉchÉant À des sanctions prÉvues par la rÈglementation en vigueur, en mÊme temps qu'il dÉcline la responsabilitÉ des pouvoirs publics quant aux prÉjudices et autres consÉquences que pourraient subir les clients de ces structures. Les EMF visÉs par la mesure ministÉrielle d'interdiction, constate-t-on, sont majoritairement implantÉs dans la capitale politique YaoundÉ, dans la mÉtropole Économique Douala ainsi que dans les rÉgions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le phÉnomÈne de ces Établissements clandestins semble ne pas faiblir dans le pays, en dÉpit des contrÔles et autres sanctions des autoritÉs. Mi-juillet 2013 en effet, le MINFI fermait 34 EMF sous le coup soit de la pÉremption de l'agrÉment, soit de la cessation de paiement ou alors la cessation d'activitÉs. D'une maniÈre gÉnÉrale, il est reprochÉ aux promoteurs de ces Établissements leur caractÈre vÉreux et aventurier. En fin juin 2011, et sur quelque 480 EMF agrÉÉs, prÈs d'une cinquantaine Étaient en liquidation, en cessation d'activitÉs, en redressement et/ou sous administration provisoire. S'agissant des normes prudentielles, sur un Échantillon de 50 EMF, la moitiÉ selon le MINFI respectait les ratios de liquiditÉ, de couverture des risques et de couverture des immobilisations, et une dizaine d'entre elles disposait de fonds propres satisfaisants. Le secteur des EMF est pourtant en plein essor au Cameroun, les secteurs d'activitÉs dans lesquels il intervient Étant, par ordre d'importance, le commerce et l'artisanat, la santÉ, l'Éducation, l'agriculture, l'Élevage et l'habitat. Selon les statistiques officielles, en fin 2010, leurs dÉpÔts Étaient de l'ordre de 300 milliards FCFA avec un encours de crÉdits se situant À 200 milliards FCFA, le secteur couvrant alors une clientÈle d'environ 1,2 million de clients.


For more stories on investments and markets, please see HispanicBusiness' Finance Channel



Source: Agence de Presse Africaine (French)


Story Tools